Chronique d’une passion

Un tailleur indien a été capturé dans les eaux de crue de la mousson à Porbandar…  J’ai passé les journées à errer dans l’eau jusqu’à la taille.
Un après-midi j’ai repéré cet homme marchant au milieu de la rue avec la machine à coudre sur son épaule.
Il était tailleur et la machine à coudre représentait son gagne-pain. Malheureusement, la machine a été ruinée, mais quand l’image apparaît sur la couverture du magazine National Geographic, le fabricant de la machine lui en a envoyé une nouvelle.

 

Inde © Steve McCurry

Mon penchant pour la couture s’est déclaré dès mon plus jeune âge : je copiais pour ma jolie mère des modèles de couturiers, utilisant des coupons de soie que lui envoyait mon grand-père…

Mon arrière-grand-père, soyeux Lyonnais avait fondé en 1920 la maison Ducharne,  au moment où selon ses écrits : « Ce fut Chanel qui révolutionna la mode en la rendant populaire. On peut dire qu’avec elle, la grande Couture descendit dans la rue. Elle le proclamait d’ailleurs, réclamait la copie pour que toutes les femmes en France, fussent bien habillées. »

Je me suis longtemps interrogée sur cette profonde attirance jusqu’à apprendre que la propre mère de mon arrière-grand-père, avait un atelier de couture et habillait les lyonnaises élégantes…

Le jour de mes 16 ans tant attendus, je vidai mon compte épargne pour m’acheter ma première Singer! Je cousais bien souvent toute la nuit pour arborer mes réalisations le lendemain et cette appétence m’a valu quelques points supplémentaires lorsque j’ai passé mon Baccalauréat, à une époque où les jeunes filles ne s’intéressaient plus à la couture depuis longtemps!

Cette passion ne m’a jamais quittée et j’ai la chance de pouvoir m’y adonner aujourd’hui à loisir, c’est ainsi que je vous livre ici quelques réalisations qui jalonnent mon parcours…

Marie-Caroline

 

Cet article a été publié dans A propos.